top of page

« Les animaux sont ma famille - Regard d’une vétérinaire sur la communication animale »

Extrait de mon livre : « Les animaux sont ma famille - Regard d’une vétérinaire sur la communication animale » chez Edilivre

Chapitre 3 :

Quelques communications marquantes avec des animaux de compagnie, que je souhaite partager avec vous



Houpette, petit fox terrier très anxieux


Houpette est une petite chienne fox terrier à poil lisse que j’ai suivie pendant plusieurs semaines. Elle avait été achetée en animalerie et faisait beaucoup de bêtises dans la maison en l’absence des propriétaires – elle mangeait les plinthes, les habits, les chaussures, les coussins et faisait ses besoins. Elle était très stressée de rester seule et bavait dès que ses propriétaires faisaient mine de partir. Ils avaient essayé de nombreuses solutions depuis les médicaments apaisants jusqu’aux consultations avec des comportementalistes, en passant par l’homéopathie et les fleurs de Bach.


 Houpette, fox à poil lisse choyée par sa famille
Houpette, fox à poil lisse choyée par sa famille

Je communiquais avec elle le dimanche soir, en prévision du lundi matin, car les propriétaires travaillaient tous les deux et les enfants allaient à l’école, et également le jeudi, pour la soutenir quand la semaine commençait à être longue.


Je dois dire que j’ai été aussi surprise que les propriétaires par l’efficacité des messages d’apaisement, de réconfort et d’amour que je lui ai envoyés. Je les avais prévenus que cela

ne serait pas facile, car la chienne avait un syndrome d’abandon très poussé et était prise d’une réelle panique à l’idée qu’on la laisse – ayant été abandonnée par une première famille qui l’avait rapportée à l’animalerie. Je la rassurais en lui disant que toute la famille l’aimait beaucoup, qu’ils ne songeaient pas du tout à l’abandonner, qu’elle devait les attendre tranquillement sans faire de dégâts. Les propriétaires par ailleurs la sortaient le matin, en fin d’après-midi et le soir plusieurs fois, et encore plus le week-end.


Houpette a rapidement cessé de détruire les objets. Elle était beaucoup moins stressée. Assez curieusement, elle ne faisait plus qu’un pipi dans la maison exclusivement le vendredi. Je pensais que c’était dû au fait qu’elle commençait à trouver le temps long en fin de semaine. Mais après communication, il s’est avéré qu’un bruit assez fort, qui ressemblait à une porte coulissante métallique, lui faisait peur le vendredi, provoquant ainsi ce léger incident. Les propriétaires ont pensé au début au camion des poubelles, mais ils ont compris par la suite qu’il s’agissait en réalité d’une vieille machine à laver bruyante, qu’ils mettaient en marche en fin de semaine. J’ai donc rassuré Houpette sur l’absence de danger représenté par ce bruit, les propriétaires ont remplacé la machine à laver par une machine neuve et silencieuse, et aux dernières nouvelles, Houpette ne fait plus de bêtises – ou vraiment exceptionnellement – pour le plus grand bonheur de ses propriétaires.



Iety, chien berger australien momentanément prostré


Iéty est un chien de race berger australien qui a dû être castré à l’âge de six mois car il présentait un défaut congénital à un œil et ne devait donc pas se reproduire. Par ailleurs, habitant près d’une forêt de la région parisienne, la propriétaire avait peur qu’il ne s’enfuie en suivant une chienne en chaleur, ces chiens étant réputés pour être assez fugueurs. Récupéré après l’opération, le chiot était comme tétanisé, paniqué, et totalement prostré.


Iéty du Temple de Palès, excusez du peu
Iéty du Temple de Palès, excusez du peu

Après contrôle chez le vétérinaire, il a été établi que tout allait bien, que la plaie été propre, les points bien faits, que la douleur était contenue par des anti-inflammatoires et que cela allait sans doute passer. Mais au bout de presque une semaine, le chien était toujours complètement terrorisé, la queue entre les jambes, restant couché, prostré, tout triste et surtout ne pouvant plus marcher.


J'ai alors proposé à la propriétaire, qui est une amie, de faire une communication avec lui, lui expliquant pourquoi elle avait fait cela, qu'elle l'aimait beaucoup, qu'elle était désolée, que c'était pour son bien car la forêt pouvait s'avérer un endroit très dangereux, entre chasseurs et voleurs de chiens, et que tout allait revenir comme avant. Je lui envoyais des images de promenades, de joie, de bons moments avec sa propriétaire...







bottom of page